#innovation

L’Humain comme catalyseur d’innovation chez éolane

Nous vivons dans une époque passionnante, et l’électronique est au cœur des révolutions les plus fulgurantes de ces dernières années ! Un exemple l’illustre avec force : toute la puissance de calcul déployée par le programme Apollo 11 pour envoyer l’homme sur la lune en 1969 se retrouve dans une simple recherche Google aujourd’hui !

Cette rupture technologique peut donner le tournis – les scientifiques la représentent habituellement par une jolie courbe exponentielle au doux nom de « loi de Moore ». Pour les non ingénieurs, il y a deux autres manières très pragmatiques d’illustrer la puissance de cette rupture technologique qu’on appelle désormais « IA » :

  • L’argent – si on appliquait la loi de Moore à une voiture de 1970 à aujourd’hui, on pourrait l’acheter 1€ ! (elle roulerait par ailleurs à 10.000km/h et pèserait 100g).
  • Le temps – pour reprendre l’analogie d’Apollo 11 : il a fallu 5 ans de calculs pour réaliser cette mission, contre quelques millisecondes pour exécuter une requête Google.

L’innovation électronique s’est appropriée cette rupture : on peut ainsi embarquer beaucoup d’intelligence dans un objet en peu de temps pour un coût dérisoire ! Et pourtant on ne fait pas de l’innovation réussie avec des micro-contrôleurs, aussi puissants soient-ils. Ou plutôt pas seulement.

Il manque un élément fondamental complémentaire de l’intelligence artificielle : l’intelligence humaine et relationnelle.


Nos enfants nous le démontrent chaque jour !

Le développement récent des neurosciences a en effet permis de démontrer que l’enfant est semblable à un micro-processeur superpuissant : jusqu’à l’âge de 5 ans, il réalise 500 connections neuronales à la seconde ! Et pourtant tous les scientifiques le démontrent : cette intelligence a besoin de contact humain et d’un environnement de confiance pour développer son potentiel cognitif.

Aujourd’hui, dans les hauts lieux de l’innovation, (le MIT, Harvard, la D School de Stanford,…) les psychologues côtoient les ingénieurs, et l’étude comportementale est au premier plan des décisions de design, avec une obsession : la compréhension intime du besoin du client (on parle même d’empathie avec l’utilisateur final).

C’est cet environnement favorable à l’innovation et complémentaire de la rupture technologique à l’œuvre, que nous avons voulu travailler chez éolane dans le cadre du développement de notre innovation IoT à travers 2 structures innovantes, la Cellule POC et la Cité de l’objet connecté qui placent l’humain et la proximité client au centre du processus de développement, avec un objectif très simple : accélérer l’innovation !

Ces deux projets présentent quelques points communs :

  • Une équipe soudée restreinte mais un écosystème élargi,
  • La localisation sur un même plateau,
  • Le management visuel,
  • Le Customer Centric Design, ou comment consacrer beaucoup de temps à la compréhension du besoin du client et la fonction de l’objet, plutôt qu’au seul cahier des charges technique,
  • L’association du client aux rituels de gestion de projet,
  • Le travail en cycles courts et le déploiement du concept de « MVP » et de développement itératif.

Dans les deux cas, c’est une formidable aventure humaine. Agilité et proximité : avec l’avènement de l’intelligence artificielle, le facteur humain devient le nouveau catalyseur d’innovation !

Sébastien CHATELIER
Directeur Général éolane