#Paroles de

Marché aéro-défense : regards croisés des forces commerciales d’éolane

Le marché aéronautique-défense représente 30% du chiffre d’affaires d’éolane. Un des facteurs clés de succès dans ce domaine repose sur les talents de l’entreprise en charge de détecter, piloter les projets. Catherine Beguin et Philippe Beyaert, tous deux Commerciaux Aéro-Défense, nous présentent leur rôle au sein d’éolane et leurs perceptions des défis à relever pour l’avenir.

Quelle est votre mission en tant que  Commerciaux Aéro-Défense chez éolane ?

Catherine Beguin : Accroître le volume d’affaires avec nos clients existants, en les rencontrant et en prenant contact avec eux régulièrement, tel est notre objectif !  Détecter de nouvelles opportunités fait également partie de notre fonction. Pour comprendre les attentes de nos clients et prospects, nous privilégions la proximité et le dialogue.

Philippe Beyaert : Pour réaliser ces missions, nous ne sommes pas seuls. Nous faisons partie d’une équipe dédiée aéronautique-défense avec laquelle nous travaillons de façon étroite. Cette équipe collabore aussi avec les bureaux d’études d’éolane, les chargés d’affaires au sein de nos filiales et est en lien direct avec la production ou encore les achats. De nombreux échanges ont lieu entre les équipes, c’est stimulant !

Quels ont été vos parcours respectifs avant d’arriver chez éolane ?

Catherine Beguin : Je suis diplômée d’une école d’ingénieur, ce qui me donne un bagage technique intéressant. C’est indéniable : chez éolane, il y a un niveau de technicité élevé ! Ma formation d’origine m’aide à comprendre l’environnement, les problématiques et contraintes de nos clients/prospects pour leur proposer des solutions adéquates. Je suis arrivée chez éolane en juillet 2016, en tant que Développeur commercial en aéro-défense. Auparavant, j’ai travaillé 7 ans dans une filiale du groupe Radiall, fabricant de connecteurs, d’abord au bureau d’étude puis au commerce en tant que Business Manager, chargée d’affaires. J’ai toujours voulu travailler dans le domaine de l’aéro-défense spatiale et militaire, c’est un choix. Par la suite, j’ai pris un poste de commercial dans une société de composants électroniques, spécialisée dans le milieu aéronautique, militaire et spatial.

Philippe Beyaert : Pour ma part, j’ai commencé ma carrière en tant que Technicien de production, puis Chef de projet dans une société de premier rang dans le domaine de produits électroniques embarqués. Ce qui m’a naturellement orienté vers un poste de Commercial chez éolane. Cette bonne connaissance des processus de fabrication et d’intégration sont des atouts indéniables dans le milieu aéronautique. Ce marché demande des compétences très élevées afin de garantir la sécurité et la fiabilité des avions.

L’industrie aéronautique est en pleine transformation. Comment éolane s’inscrit-elle dans ces nouvelles préoccupations pour accompagner ses clients ?

Catherine Beguin : Un des enjeux est bien sûr celui de la digitalisation et de l’IOT. C’est en plein essor pour les marchés aéronautique et militaire. Par exemple, nous collaborons actuellement avec un client sur une partie du développement et de la fabrication d’un téléphone intelligent permettant, entre autres, de commander le système de divertissement embarqué (IFE en Anglais) dans un avion : pour personnaliser, tamiser la lumière, les ambiances, pour appeler les hôtesses, choisir sa musique, son film… dans les avions.

Philippe Beyaert : Je suis du même avis que Catherine, la connectivité est aujourd’hui primordiale. Elle doit être sécurisée et éolane dispose d’un réel savoir-faire dans ce domaine.

Par ailleurs, nous devons aussi optimiser nos prestations avec des taux de service voisins de 100%. C’est une exigence primordiale si on désire croître dans ce secteur. L’aspect sécuritaire est très important. Pour ce faire, nous nous sommes dotés d’outils performants et de personnel qualifié que nous formons sans cesse. Chez éolane, nous avons des atouts différenciateurs : nous proposons à nos clients des services complets qui démarrent de l’étude des produits jusqu’au démantèlement d’équipements. Le marché aéronautique doit garantir une longévité du matériel et notre service Maintien en Condition Opérationnelle est présent pour assurer cette durée de vie.

Il y a beaucoup de défis à relever dans le domaine aéronautique-défense, on pourrait en citer d’autres. Je pense particulièrement à l’écologie. Elle rentre en ligne de compte, avec notamment des problématiques liées à l’électrification de plus en plus importante du fonctionnement d’un avion. Les grands constructeurs ont des stratégies du « tout électrique » voire du « sans pilote » (même si nous n’y sommes pas encore !). Les enjeux technologiques sont énormes et éolane est présent sur ces sujets de connectivité sécurisée.

Les équipes éolane sont mobilisées pour répondre aux exigences actuelles et sont en ordre de marche pour proposer des solutions nouvelles en adéquation avec ces marchés en pleine évolution.