#Paroles de

Le programme Smart Factory, catalyseur de développement

L'industrie du futur redessine l’avenir des entreprises en mêlant flexibilité, technologie tout en replaçant l'humain au coeur des activités. Pour en savoir plus, nous avons rencontré Kévin Athlan, animateur amélioration continue, en charge de coordonner le programme Smart Factory d'éolane.

Quel est votre rôle chez éolane en tant qu’Animateur Amélioration continue ?

Mon rôle consiste à coordonner des projets dans les différentes filiales éolane pour améliorer les performances et apporter la bonne réponse à nos différents enjeux. Je procède donc à l’évaluation d’un périmètre où il y a des opportunités d’amélioration, une optimisation à mettre en place pour améliorer les performances. Enfin, j’apporte une contribution sur les conditions de travail afin d’évoluer vers plus d’efficacité.

Comment définissez-vous l’Industie du futur en quelques mots ?

L’industrie du futur oriente clairement l’organisation vers le client en mode agile. Elle s’appuie sur la digitalisation et l’automatisation afin de donner aux collaborateurs les moyens et les ressources de créer des services à forte valeur ajoutée.

Et qu’en est-il chez éolane ?

éolane a défini sa propre vision de l’industrie du futur : nous plaçons l’humain au cœur d’une organisation agile, ouverte, digitalisée et durable pour construire l’Industrie du futur au service de nos clients,
Aujourd’hui, ce projet est une vraie révolution !
Nous avons pour ambition de proposer à nos clients de nouveaux services, de nouvelles fonctionnalités, de nouvelles manières d’échanger. On vise une organisation plus ouverte, décloisonnée dans laquelle chaque personne dispose de tous les moyens nécessaires pour réaliser son travail avec plus d’autonomie.

Il y a là un vrai changement dans les relations humaines. On affirme que l’homme est placé au centre de l’entreprise. Ce sont ses compétences et son savoir-faire qui vont faire avancer l’entreprise. Aujourd’hui, nous déployons le projet en 4 temps :

  • Le premier consiste à mener des essais. On parle alors de proof of concept, des POC. Ils ont lieu sur le poste de travail connecté, aidé par la cobotique et la connexion de nos moyens industriels.
  • Le deuxième, c’est le déploiement sur un périmètre donné : pour chaque application, on y implante les outils de l’industrie du futur.
  • Le troisième, c’est l’étape de généralisation du concept à l’entreprise.
  • Enfin, le dernier remet en cause l’organisation managériale et décloisonne l’entreprise.

Chez éolane, nous travaillons activement à la mise en place de cette révolution essentielle. Notre objectif est d’ouvrir l’entreprise à nos clients, à nos fournisseurs, et à toutes les parties prenantes !

Quels sont les avantages de l’industrie du futur pour éolane ?

Le projet Smart Factory doit permettre à éolane de continuer à se développer en apportant des services innovants, à la demande, avec un niveau de plus en plus élevé.

éolane est présente sur 8 marchés. Contribue-t-elle déjà à proposer des solutions pour l’usine du futur à tous ses clients ?

éolane est très active sur le secteur de l’Industrie du futur, en proposant ses propres produits ou en collaborant avec des acteurs clés du marché. éolane est aussi à l’initiative de la Cité de l’Objet Connecté, créée en 2015. Elle accompagne les start-up, les PME, les ETI et les grands groupes à tous les stades d’avancement de leurs projets en lien avec l’Industrie du futur.

Quel est le plus grand défi en interne de cette transition vers l’industrie du futur ?

L’humain est notre plus grande préoccupation chez éolane et notre plus grand défi pour le projet Smart Factory.
Les opérateurs et les équipes de production y voient de grands bénéfices. Dans un premier temps, les changements peuvent être déstabilisants. Toutefois, éolane accompagne ses équipes au plus près du terrain. Le temps ainsi gagné est investi pour développer de nouvelles compétences et permettre à chacun d’évoluer dans son travail. Dans un second temps, les équipes d’encadrement de proximité évoluent vers plus de responsabilités et de coordination avec des missions plus transversales.

Pour conclure, l’Industrie du futur est un levier pour évoluer dans un monde plein d’opportunités.

Noémie BOURDON
Stagiaire Service Communication